Au rayon miel, tous les pots ne se valent pas. Outre la provenance (critère fondamental), voici quelques éléments à regarder de près.

  • Origine géographique: mieux vaut prendre un miel à la provenance claire (par exemple, “Provence”) et éviter ceux à la provenance vague (de type “UE et hors UE”), car il existe de nombreuses fraudes sur les miels.
  • Origine florale: les miels faits à base de plusieurs fleurs sont doux et consensuels. Ceux qui affichent une espèce florale particulière (thym, lavande, châtaignier, oranger…) présentent des saveurs caractéristiques, ainsi que des indications particulières (toux, sommeil, transit…).
  • Bio: Ce logo garantit, entre autres, que les ruches n’ont pas été traitées avec de la cire chimique, que les abeilles n’ont pas reçu de sucre ou glucose comme nourriture et que les champs qui les entourent sont bio ou sauvages.
  • Conditionnement: attention, la mention “conditionné en France” ne veut pas dire que le miel y a été récolté. C’est même bien souvent le contraire !
  • Contenant: le classique pot en verre est à préférer au pot en plastique car certains composés peuvent migrer vers le miel, surtout si on le conserve longtemps.
  • Couleur: la couleur dépend des fleurs butinées. En général, plus le miel est foncé, plus son goût est prononcé et plus il renferme d’antioxydants.
  • Liquide ou crémeux: plus un miel est riche en fructose, plus il est liquide (miel d’acacia). Plus il est riche en glucose, plus il cristallise vite (miel de colza). Cela n’a pas d’influence sur la qualité.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *